Offre de stage M1/M2 – Projet de recherche collaborative à La Fabrique-Marseille

Offre de stage M1/M2 de 3 mois dans le cadre d’un projet de recherche collaborative et multimédia à La Fabrique des Ecritures (CNE-CNRS). Deadline pour envoyer une candidature : le 1er novembre 2021. 

OFFRE DE STAGE MASTER

Projet de recherche collaborative et multimédia en SHS à La Fabrique des Écritures (Centre Norbert Elias- CNRS)

Présentation

La Fabrique des Écritures est un lieu de création rattaché au Centre Norbert Elias (Unité Mixte de Recherche 8562 CNRS/EHESS/AMU/UPAV) dédié aux écritures sensorielles en sciences sociales. Anthropologues, sociologues, historiens, et linguistes sont engagés dans la réalisation de documentaires filmiques ou sonores, de parcours muséaux, de livres comme des portfolios, des romans graphiques ou des bandes dessinées. Ils attachent une attention toute particulière à la description et la mise en récit de leur travail d’enquête sur le terrain ou en archives. Ils disposent d’un environnement technologique et intellectuel original sur le campus de l’EHESS Marseille situé à la Vieille Charité.

Le CNE est partenaire du projet européen de recherche participative Collaborative Engagement in Societal Issues (COESO) consacré au développement de la démarche de Science Citoyenne dans les sciences humaines et sociales (SHS). Le projet réunit 15 partenaires de 6 pays Européens et est financé par la Commission Européenne dans le cadre de l’appel H2020-Swafs (Science with and for society). COESO s’inscrit dans une double démarche. D’une part, il offre le cadre de développement de projets participatifs pilotes relevant de disciplines SHS différentes (histoire, philosophie, science politique, sociologie et anthropologie) et impliquant artistes, journalistes, acteurs associatifs ou encore collectivités territoriales. D’autre part, il prend ces collaborations comme objet d’étude pour aider au développement d’une plateforme numérique soutenant la mise en œuvre de projets collaboratif de Science Citoyenne en SHS.

Dans le cadre du déploiement des espaces d’apprentissage collectifs (Mutual Learning Exercices) du projet européen COESO, vous devrez participer à l’organisation d’une école thématique autour des sciences citoyennes, de l’engagement et de la collaboration multimédia entre le monde de la recherche et différents acteurs et actrices de la société civile. L’objectif principal du poste est de participer à la conception, organisation et valorisation du premier Mutual Learning Exercise suivant une démarche collaborative qui met en relation les différents partenaires du projet européen. En particulier, la personne recrutée sera amené à réfléchir collectivement au développement de pratiques d’échange et de création multimédia entre les chercheur-ses, les journalistes, les ONG et les associations partenaires du projet qui participeront à la première MLE en janvier 2022. Concrètement, la personne recrutée devra participer à la gestion et à l’organisation logistique de cette première rencontre. La personne choisie devra être bilingue anglais-français.

Missions

Vos missions principales seront les suivantes :

·   Collaboration dans la préparation du dispositif d’apprentissage transmédia Mutual Learning Exercise (MLE)en lien avec Camilo Leon-Quijano, le coordinateur du MLE.

·       Organisation logistique, gestion et appui organisationnel dans la mise en place du premier MLE à Marseille qui aura lieu du 19 au 22 janvier 2022.

·       Participation au projet de création multimédia prévu dans le cadre du MLE.

·       Échange, gestion et coordination avec les partenaires européens du projet COESO.

·       Participation aux activités de création et recherche au sein de La Fabrique.

Profil recherché

Étudiant-e en Master 1 ou Master 2 en sciences humaines et sociales avec une appétence particulière pour les méthodes participatives en sciences sociales, les humanités numériques et la création multimédia. Il est indispensable d’être bilingue anglais-français. La personne recrutée doit pouvoir travailler en équipe et doit pouvoir maîtriser des outils de gestion en ligne (ex. Google Drive, Google Docs, Excel, Word, Framadate, Zoom…). Des compétences en captation vidéo, son ou photographie seront bien appréciées.

Conditions de candidature

Pour soumettre sa candidature, l’étudiant-e doit envoyer au plus vite une

–   lettre de motivation (1 page max. avec des liens éventuels vers leurs travaux ou réalisations multimédia).  

–   et un CV

en un seul mail adressé à coesolafabrique@gmail.com

Pour toute question vous pouvez contacter camilo.leonquijano@ehess.fr.  

Deadline : 1 Novembre 2021

Conditions d’emploi et de rémunération

Coordinateur du projet de stage : Camilo Leon-Quijano

Le stage se déroulera sur une durée de 3 mois à partir du 1 décembre 2021 (20-30h/semaine). Un investissement particulièrement intense est prévu pour les mois de décembre et janvier dans le cadre de la mise en place du MLE. Le/la stagiaire sera accueilli-e à La Fabrique des Écritures, au sein du Centre Norbert Elias. Les locaux sont situés au Centre de la Vieille Charité à Marseille.

Les stagiaires bénéficient d’une gratification selon le barème en cours dans l’administration publique française :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32131#Ref.–

Camilo León-Quijano

CNRS/COESO

Postdoctoral Researcher

Centre Norbert Elias / La Fabrique des Écritures (B. 347)

2 Rue de la Charité, 13002 Marseille 

Photographer – www.camilo-leon.com
+33 669150949 

Offre de poste : Chargé.e de mission recherche – Mouvement Associatif Hauts-de-France

Un poste de chargé.e de mission recherche en CDI au sein du Mouvement Associatif Hauts-de-France se libère au 9 avril.
Une bonne connaissance du secteur associatif mais aussi du milieu académique régional est attendue.
Cette offre d’emploi pourra susciter l’intérêt de candidat.es niveau master mais aussi doctorat en science politique, sociologie, histoire ou géographie.
Les candidatures sont attendues pour le 31 mars et vous trouverez les détails de la fiche de poste en pièce jointe.

Monogramme-bleu-rvb

Camille Mortelette Chargée de mission Recherche et développement – Le Mouvement Associatif Hauts-de-France
07 83 00 09 88

https://lmahdf.org/mission-recherche-et-developpement/

Virtual Internship in the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)

The Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) is an independent international institute whose core mission is to undertake research and activities on security, conflict and peace. Established in 1966, SIPRI provides data, analysis and recommendations, based on open sources, to policymakers, researchers, media and the interested public. SIPRI provides excellent opportunities for scientific and personal development.

An internship at SIPRI provides an opportunity to learn about the institute’s work.

Interns from around the world are given the chance to assist in SIPRI’s research, under supervision, within its various research programmes. They may also have the opportunity to conduct some of their own research during their internship.

Until further notice, due to the coronavirus pandemic (COVID-19), SIPRI is only able to offer virtual internships, without the possibility of being physically present at SIPRI.

Internship positions are normally offered for periods of a few months during the academic year. Positions are granted on the basis of the applicant’s academic background and university study programme, as well as the relevance of the applicant’s research to SIPRI’s current research programmes.

How to apply

Applications for internships at SIPRI should be submitted via the “Apply” button at the bottom of this page. Applications will only be accepted in this way.

In the application form, the applicant will be asked to indicate in which of SIPRI’s research programmes he or she would be most interested in.

The application should also include information about academic background, current study programme, the period of time that she/he would like to spend with SIPRI, and a complete CV.

Contact person

URL to this page
https://web103.reachmee.com/ext/I021/1690/main?site=7&validator=9c16162aeec1b1c78db51d0c3e4163a1&lang=UK&rmpage=job&rmjob=8&rmlang=UK

To apply : https://www.sipri.org/about/vacancies

2ème Offre d’emploi d’ingénieur-e contractuel-le au CURAPP-ESS (5 mois)

Descriptif du poste
Le Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique, unité mixte de recherche du CNRS et de l’Université de Picardie J. Verne, recrute un ingénieur en contrat CDD de 5 mois pour contribuer à une enquête par entretiens et à son exploitation.
Le poste est à pourvoir au 1er janvier 2021.
Une partie du travail sera à réaliser dans la région de Poitiers.
Contexte
La personne recrutée participera au projet Générations, conduit par Bertrand Geay avec le soutien du Ministère de la Culture et qui porte sur la socialisation culturelle et morale des enfants, en prenant appui sur deux études longitudinales en cascade autour de l’âge-pivot de 10 ans.
Profil
Etre titulaire d’un master de sciences sociales.
Mission
La personne recrutée travaillera sous la responsabilité scientifique de Bertrand Geay.
Les travaux à réaliser seront de trois types :

  • 17 entretiens semi-directifs auprès d’adultes âgés de trente ans et déjà rencontrés lorsqu’ils avaient 10 ans.
  • Transcription de 20 entretiens semi-directifs.
  • Rédaction de fiches synthétiques sur les 20 entretiens.
    Compétences souhaitées
    -Maîtrise de la technique de l’entretien semi-directif.
    -Connaissances en sociologie de l’enfance, de la jeunesse et de la socialisation.
    ‐Autonomie, rigueur, esprit critique.
    -Esprit de synthèse.
    ‐Connaissance courante du français (lu, écrit et parlé).
    -Aptitude au travail en équipe.
    Rémunération
    Salaire : 2071,22 € brut par mois (net autour de 1600 €).
    Date limite de dépôt des candidatures
    15 novembre 2020.
    Contact
    Envoyer votre candidature (cv et lettre de motivation) par courriel à Bertrand Geay (bertrand.geay@upicardie.fr).

Offre d’emploi d’ingénieur contractuel CURAPP-ESS (5 mois)

Descriptif du poste
Le Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique, unité mixte de recherche du CNRS et de l’Université de Picardie J. Verne, recrute un ingénieur en contrat CDD de 5 mois pour contribuer à une enquête par entretiens et à son exploitation.
Le poste est à pourvoir au 1er janvier 2021.
Une partie du travail sera à réaliser dans la région de Poitiers.
Contexte
La personne recrutée participera au projet Générations, conduit par Bertrand Geay avec le soutien du Ministère de la Culture et qui porte sur la socialisation culturelle et morale des enfants, en prenant appui sur deux études longitudinales en cascade autour de l’âge-pivot de 10 ans.
Profil
Etre titulaire d’un master de sciences sociales.
Mission
La personne recrutée travaillera sous la responsabilité scientifique de Bertrand Geay.
Les travaux à réaliser seront de trois types :

  • 17 entretiens semi-directifs auprès d’adultes âgés de trente ans et déjà rencontrés lorsqu’ils avaient 10 ans.
  • Transcription de 20 entretiens semi-directifs.
  • Rédaction de fiches synthétiques sur les 20 entretiens.
    Compétences souhaitées
    -Maîtrise de la technique de l’entretien semi-directif.
    -Connaissances en sociologie de l’enfance, de la jeunesse et de la socialisation.
    ‐Autonomie, rigueur, esprit critique.
    -Esprit de synthèse.
    ‐Connaissance courante du français (lu, écrit et parlé).
    -Aptitude au travail en équipe.
    Rémunération
    Salaire : 2071,22 € brut par mois (net autour de 1600 €).
    Date limite de dépôt des candidatures
    15 novembre 2020.
    Contact
    Envoyer votre candidature (cv et lettre de motivation) par courriel à Bertrand Geay (bertrand.geay@upicardie.fr).

Offre d’emploi : Chargé-e d’études qualitatives / Enquêteur-trice GISCOP Vaucluse

Ci-dessous une offre d’emploi d’enquêteur/trice au Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Cancers d’Origine Professionnelle dans le Vaucluse (GISCOP 84), désormais disponible sur Calenda : https://calenda.org/809182.

Il s’agit de deux postes, très “ouverts”. Donc, si votre profil correspond, n’hésitez pas à candidater !

Bourse d’étude au Canada

2325 Rue de l’Université, Ville de Québec, QC G1V 0A6, Canada

Email: universitelavalcanada71@gmail.com

Par l’intermédiaire de la direction régionale des bourses étrangères canadienne, le secrétariat d’état à l’étude et à la recherche de l’Université Laval lance un appel à la candidature pour 500 bourses d’études canadiennes au titre de l’année académique 2020-2021. Ces bourses sont destinées aux ressortissant-es des pays de la catégorie A (pays industrialisés européens, et extra-européens) et ceux des pays de la catégorie B (pays en développement, du tiers monde et extra -européens) ; elles doivent leur permettre de poursuivre leurs études, de parfaire leurs connaissances pour les travaux de recherches dans les domaines auxquels l’Université Laval accorde une attention particulière.

SPÉCIFICITÉ DE LA BOURSE:

– L’Université Laval entend faciliter l’immigration aux personnes désireuses de poursuivre leurs études et d’obtenir des diplômes d’état canadiens.

– Les candidat-es retenu-ss au terme de la sélection de candidatures seront inséré-es, outre leurs études, dans les secteurs sensibles de la vie économique et sociale du Canada : santé, droit, diplomatie, communication, finance, énergie, industrie, transport, agriculture… Cette option de l’Université Laval vise à donner une aptitude professionnelle aux boursier-es pour pouvoir travailler s’ils le désirent au Canada à la fin de leur formation.

DURÉE DE LA BOURSE : Les bourses couvrent la période d’un cycle de formation ou 6 semestres, voire plus.

FRAIS DE VOYAGE : Les billets d’avion aller-retour (Provenance – Canada/ Québec), sont pris en charge par la direction régionale des bourses étrangères canadienne.

Conditions préalables à la candidature : en règle générale, les candidat-es aux bourses étrangères canadiennes doivent :

– Avoir au maximum 18 ans à 55 ans ;

– Comprendre et parler correctement l’une des langues d’enseignement au Canada (Anglais, Français, Espagnol, Allemand, Italien) ;

– Avoir un diplôme équivalent au brevet d’étude de premier cycle d’enseignement, au baccalauréat ou au brevet d’aptitude professionnelle des pays de l’Union européenne.

PROCÉDURE DE SÉLECTION :

– Veuillez faire votre demande de bourse en voyant par email  votre nom, prénom, pays, ville , adresse, niveau d’étude et numéro de téléphone  en réclamant le formulaire d’inscription à remplir  ; à envoyer à l’adresse email de notre secrétariat : universitelavalcanada71@gmail.com

NB : Vous pouvez partager ce message avec  vos amis étudiants ou étudiantes qui ont des difficultés pour poursuivre leurs études à cause des moyens financier. Bonne Chance.

2325 Rue de l’Université, Ville de Québec, QC G1V 0A6, Canada
Email: universitelavalcanada71@gmail.com

1. Portrait synthétique des répondants à l’enquête sur le confinement

Envoyé en premier lieu à l’ensemble des étudiants du département de Sciences sociales à partir du 8 avril, le lien vers l’enquête en ligne est resté actif un mois, avec une relance à mi-parcours. Il a été transmis aux mêmes périodes, par l’intermédiaire de collègues, aux étudiants des autres départements de philosophie, sciences de l’éducation et psychologie composant l’UFR SHSP, et plus marginalement aux étudiants d’autres UFR (lettres, arts, droit, sciences, notamment). À la date de clôture de la phase de collecte, on dénombrait 671 répondants. L’échantillon est substantiel mais ne saurait être tenu pour représentatif : compte tenu des choix et modes de passation, certaines composantes sont fortement surreprésentées par rapport à la composition des étudiants de l’UPJV, comme les sciences sociales [1] (27%), la psychologie (31%) et les sciences de l’éducation (12%) (graphique 1). Ce biais d’échantillonnage est lié tout d’abord aux choix et modes de diffusion : listes officielles constituées sur moodle et relances directes par les enseignants pour la mention sciences sociales (tous niveaux d’études confondus) et pour la mention sciences de l’éducation en L1 dans laquelle les enseignants sociologues, ethnologues ou démographes interviennent (enseignements de portail L1), alors que seuls certains enseignants ont été sollicités et ont collaboré à l’enquête dans d’autres composantes, sur la base de réseaux d’interconnaissance entre enseignants. Ce choix a été délibéré, pour faciliter la passation et ne relève en aucun cas d’une logique de mise à l’écart de certaines disciplines ou organisations de l’UPJV.  Il se peut également que le lien ait été diffusé par les étudiants eux-mêmes, via leurs réseaux sociaux.

Graphique 1. Composante ou UFR d’inscription des répondants

L’inégale familiarité des étudiants vis-à-vis des enquêtes par questionnaire peut également expliquer ces différences d’effectifs de répondants : par exemple, les étudiants de sciences sociales (ou de psychologie) sont très familiers de ce format et ont pu y trouver un intérêt pédagogique plus évident que ceux d’autres départements.

En revanche, aucune explication simple, complétant celle de la féminisation des filières en sciences humaines (environ 70% à l’échelle nationale[2]), ne permet d’interpréter, à ce stade de l’analyse, l’énorme surreprésentation des femmes : elles représentent 82% de l’échantillon.

Autre biais caractéristique de ce type d’enquête réalisée par des enseignants en direction des étudiants, pour laquelle la participation est fondée sur la base du volontariat : il est plus que probable que ceux qui ont répondu sont ceux qui sont le plus en prise avec l’institution ; ceux qui ont pu et su maintenir leur implication dans les études. L’enquête laisse donc dans l’ombre les étudiants les plus désaffiliés.

En termes de niveau d’inscription (graphique 2), les étudiants de licence – presque tous en formation initiale – représentent 78 % de l’échantillon, les licence 1 constituant à eux seuls un tiers des répondants.

Graphique 2. Niveau d’inscription des répondants

Certes, ce premier cycle de formation présente les effectifs les plus importants. Néanmoins, que les étudiants de licence aient répondu si nombreux est une satisfaction, puisqu’ils sont souvent considérés comme ayant le lien le plus fragile à l’institution universitaire. A défaut d’être représentative des étudiants de l’UPJV dans leur ensemble, la population étudiée est suffisamment variée pour permettre de saisir nombre d’enjeux relatifs au confinement et à l’enseignement à distance. Le constat général, détaillé dans cette synthèse, est le fort contraste entre les situations moyennes ou très fréquentes et celles de marges, numériquement plus ou moins importantes, qu’il ne faut pas exclure de l’analyse. A titre d’illustration : si l’essentiel des étudiants de l’UPJV est globalement bien équipé d’un point de vue informatique et a un accès convenable voire bon à internet, quelques-uns travaillent exclusivement sur leur téléphone portable et n’ont qu’un accès intermittent à internet. Nous y reviendrons.

Les variables sur les origines sociales (profession du père et de la mère) sont imparfaitement renseignées : l’information sur la profession du père est manquante pour un quart des cas, cette proportion étant de 17% pour la profession de la mère.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, brossons un très schématique portrait de la population des étudiants ayant répondu au questionnaire : retenons que ces étudiants sont pour l’essentiel des étudiantes. L’étudiante médiane a 20 ans. Elle a un frère ou une sœur. Un quart en a deux ou plus, le maximum s’établissant à 12. Cette étudiante est boursière dans un peu moins de deux cas sur 3 (408 étudiants, soit 61% des répondants ont une bourse sur critères sociaux).

Le recrutement social des répondants est plus populaire que celui de l’ensemble des universités françaises. La proportion de pères membres des classes moyennes et supérieures (26% de cadres et 18,9% de professions intermédiaires) est inférieure à la moyenne nationale (respt. 34,1% et 14,4%[3]). À l’inverse, on constate une sur-représentation des enfants issus de catégories populaires : 12% ont un père employé et 31% un père ouvrier, contre 15,6 % et 11,7% pour l’ensemble des étudiants inscrits dans une université française (tableau 1).

            Tableau 1. Origines sociales des étudiants de l’UPJV (en % des PCS déclarée[4])

 Professions et catégories socialesPCS du pèrePCS de la mère
Agriculteur exploitant2,40%0,40%
Artisan commerçant, chef d’entreprise9,50%4,40%
Cadre et professions intellectuelles supérieures26%13,70%
Profession intermédiaire18,90%18,60%
Employé12%43,30%
Ouvrier31%9,50%
Inactif (au foyer, invalidité etc.)0,20%10,10%
Total100100

L’origine sociale des répondants varie cependant selon qu’on la mesure par la profession du père ou de la mère. Les mères des enquêtés sont plus souvent inactives (au sens de l’Insee) et exercent des métiers peu qualifiés : 52,8% sont employées ou ouvrières.

L’importante proportion de boursiers laisse par ailleurs supposer une surreprésentation des étudiants d’origine populaire parmi ceux qui n’ont pas renseigné la profession des parents, renforçant le constat d’une forte ouverture de l’UPJV aux étudiants issus des catégories sociales les moins bien dotées économiquement.

Enfin, 23 % travaillent à côté de leurs études. Plus de la moitié de ces étudiants salariés n’a pas pu assurer son emploi pendant le confinement mais certains ont fait davantage d’heures que d’habitude. Nous y revenons en détail dans la dernière partie de cette synthèse.


[1] On remarquera par ailleurs que les échelles administratives retenues pour opérer les regroupements dans le graphique 1, sont variables et vont de la composante à l’UFR. Une remarque sur le croisement avec certaines variables, comme la composante d’inscription : il n’est pas possible eu égard à la composition et aux effectifs de la population d’étude. Ce n’était d’ailleurs pas souhaité par les concepteurs de l’enquête, qui ne participent en aucun cas à un audit sur les performances différentielles des différents UFR en matière de continuité pédagogique.

[2] https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/T173/la_parite_dans_l_enseignement_superieur/

[3] Source : ministère de l’Éducation nationale – Données 2017-2018 – © Observatoire des inégalités. https://www.inegalites.fr/Les-milieux-populaires-largement-sous-representes-dans-l-enseignement-superieur?id_theme=17

[4] Point d’importance : les retraités ont été inclus dans les calculs sur la base de la profession qu’ils exerçaient avant leur départ en retraite.

Lien vers l’enquête complète: http://amiens-sociologie.fr/index.php/enquete-sur-le-confinement-des-etudiants-de-lupjv/

L2 S2 Terrains anthropologiques contemporains

Bonjour,

J’espère que vous vous portez tou.te.s bien.

Je vous écris pour que nous puissions mettre en place, selon les termes de Mathilde : ‘un confinement studieux et productif !’.

A défaut de nous voir au moins pour les deux semaines à venir, nous allons continuer à travailler à distance. Vous trouverez ici, les diapos du contenu de la suite du cours. Au fur et à mesure, je compléterai le contenu des séances manquantes.

Prenez soin de vous et de vos proches, et surtout respectez le confinement.

Bien cordialement, Nehara Feldman