Marine – Belgique – ULB

Je suis Marine, j’ai étudié à l’Université Libre de Bruxelles en Belgique. J’ai validé le semestre 1 de la Licence 2.

Qu’est-ce qui t’a motivé à partir dans un programme Erasmus ?

Je souhaitais avoir une expérience dans une université autre que l’UPJV. J’ai découvert l’ULB (Université Libre de Bruxelles) en parcourant les ententes que l’UPJV a avec d’autres facultés de sociologie. Cette université se trouve dans le Sud Est de Bruxelles. Mon campus (Solbosch) se trouvait dans la commune d’Ixelles.  Ixelles est un endroit avec de nombreux bars et restaurants, il est fréquenté par une multitude étudiants.

Grâce au programme Erasmus, j’ai pu choisir des cours hors de la mention sociologie (40 pour cent au maximum). J’ai pu assister à des cours tels que : Histoires des relations internationales, Histoire de la pensée politique en plus de mes cours de sociologie. J’ai pu choisir des enseignements en sociologie qui n’étaient pas forcément dispensés dans mon année de licence, tels que Sociologie de l’éducation réservée au L3 habituellement à l’ULB. Les seules contraintes étaient l’emploi du temps et de choisir des cours qui permettent une équivalence avec les enseignements dispensés à l’UPJV. Pour cela, j’ai fait valider mon choix de cours par mes coordinateurs pédagogiques de France et de Belgique. Les équivalences s’effectuent grâce aux ECTS validés (30 par semestre).

La DAI m’a également beaucoup accompagnée sur la construction de mon dossier, qui n’est pas une grosse charge. Le personnel de la DAI était très accessible, notamment par mail et pour toute question. Elle m’a permis également de faire les liens entre mes différents coordinateurs en scannant et en envoyant les dossiers à chacun d’eux. Les responsables pédagogiques qui m’ont accompagné durant ce programme ont été très réactifs lorsqu’il fallait leur signature…

Comment tu as organisé ton départ ?

J’ai reçu très rapidement un guide pratique de la part de l’ULB, englobant toutes les questions de la vie quotidienne : les numéros d’urgences, les sites pour trouver des logements, les adresses internet des sociétés de transports proches de ma faculté… Bruxelles se situant à 2 heures de mon lieu de résidence en France, j’ai pu m’y rendre 2 fois avant la rentrée scolaire pour visiter des logements. J’ai trouvé de nombreuses opportunités sur le site www.appartager.be par exemple. J’ai commencé mes recherches dès le mois de mai afin de trouver un logement adapté à mes besoins et avec un budget raisonnable. Cependant, la vie dans la capitale belge reste quand même assez chère.

J’ai reçu une aide financière, en plus de ma bourse du CROUSS, de la DAI, dont le montant dépend du pays de destination. Elle est versée seulement après 2 ou 3 mois après l’arrivée. La bourse AMI (Aide à la Mobilité du Ministère) est également octroyée aux étudiants boursiers. Enfin les frais d’inscriptions des universités étrangères ne nous concernent pas lorsque l’ont fait partie du programme d’échange Erasmus.

Comment s’est passé ton premier cours ?

J’ai choisi en partie la Belgique par rapport à la langue française, ce qui facilite considérablement la compréhension des cours. Cependant on découvre de nouveaux termes, dont on demande l’explication à nos voisins de table. L’organisation des cours se fait de manière à peu près similaire à l’UPJV : la plupart des cours dure 1h30. Les étudiants arrivent un peu avant. L’ensemble des cours sont retranscrits sur l’Université Virtuelle, sous forme manuscrite ou en podcast. Ce qui permet de ne pas être pénalisé en cas d’absence éventuelle : travail, rendez-vous…

L’ULB est une grosse université avec plusieurs campus, je me trouvais sur le plus gros d’entre eux ; il contenait de nombreux bâtiments. Des panneaux signalaient où ils se trouvaient. Pour les étages, la particularité est que lorsque l’on entre dans un bâtiment nous somme au niveau 2, le niveau 1 est en dessous, au sous-sol.

Tu peux nous décrire brièvement ton quotidien ?

J’ai eu la chance de trouver une chambre à 10 minutes du campus à pieds, ce qui me permettait de rentrer régulièrement le midi… Au début, il a été difficile de nouer des vrais contacts car comme le choix des enseignements est à peu près libre, on se retrouve rarement avec les mêmes promotions donc les mêmes personnes. Mais peu à peu j’ai nouée plusieurs amitiés : à l’aide de travaux de groupes, de demandes d’aides…

J’ai fréquenté un groupe de françaises rencontré durant la réunion de présentation pour les Erasmus. Mais également de nombreuses personnes de nationalités différentes : des turcs, des russes, des allemands et des belges bien sûr. Je me trouvais au cœur du quartier étudiant, j’ai donc pu participer aux nombreuses soirées étudiantes autour de la bière évidemment !

J’ai également admiré la Grand Place plusieurs fois, en prenant les bus de la STIB (compagnie de transport de Bruxelles), fait du shopping Chaussée d’Ixelles, visité l’Atomium, le Musée Magritte ou encore le Parlementarium. En 1 semestre je n’ai pas eu le temps de voyager dans les villes adjacentes mais de nombreux amis m’en ont parlé : Bruges, Gent… J’ai eu la chance également d’assister au Marché de Noël de Bruxelles place de la Bourse.

Je rentrais en France environ 1 fois par mois grâce au site de covoiturage Blablacar pour 10-15 euros. Dans Bruxelles une voiture n’est pas utile vu le nombre de transports en commun (tramway, bus…), de plus le stationnement est payant partout et assez onéreux.

Qu’est-ce que tu as envie de dire aux étudiants de sociologie qui hésitent à partir ?

Erasmus est une très bonne expérience humaine : on rencontre des personnes différentes mais aussi des habitudes différentes, très intéressantes à questionner dans notre filière. Le fait de partir à l’étranger est toujours un bonus dans le CV et dans le parcours universitaire. Découvrir de nouvelles manières d’enseigner peut-être très stimulant. Les études sont le moment idéal pour avoir de nouvelles expériences sans que cela n’ait un trop gros impact financier.