Recrutement “chargé(e) d’étude – soutien à la recherche” – ONPE – DLC : 13 juillet 2022 (Master 2)

L’Observatoire national de la protection de l’enfance (membre du GIP Enfance en Danger) recrute un/une “chargé(e) d’étude – soutien à la recherche”. 

Vous trouverez une présentation détaillée des missions dans la fiche de poste jointe.

Attention, le délai de candidature est très court, elles peuvent être adressées jusqu’au mercredi 13 juillet à :

M. Jérôme VICENTE, Directeur administratif et financierGIP ENFANCE EN DANGERBP 30302 – 75823 PARIS Cedex 17

Ou à l’adresse électronique : recrutement@giped.gouv.fr

Recrutement Ingénieur-e d’études en production, traitement, analyse de données et enquêtes – CNRS, Pacte – DLC : 6 juillet 2022

Le CNRS met au concours externe un poste d’ingénieur-e d’études en production, traitement, analyse de données et enquêtes pour le laboratoire PACTELaboratoire de Sciences Sociales, à Grenoble.

Le numéro de ce concours est le n°87. Le profil du poste est détaillé ici :

https://profilsdemplois.cnrs.fr/index_public_referens?destination=CE2022

Les concours du CNRS sont ouverts sans condition d’âge et d’origine et sont fondés sur des critères exclusivement professionnels. L’inscription aux concours est réalisable en ligne sur l’espace candidat du CNRS :

https://concoursexternesit.cnrs.fr/public/campagne-2022

En cas de questions, une assistance est à votre disposition. Des informations sont également disponibles sur :

https://www.cnrs.fr/fr/concours-it

Vous avez jusqu’au jusqu’au mercredi 6 juillet 2022 à 13h pour candidater.

D : Sciences humaines et sociales

Ingénieur d’études

Concours N° 87

Délégation organisatrice : Ile-de-France Meudon (DR 05) (MEUDON)

Emploi-type : Ingénieur-e d’études en production, traitement, analyse de données et enquêtes

Affectation : Pacte, Laboratoire de Sciences Sociales, GRENOBLE

Groupe de fonction : Groupe 3

Mission : L’ingénieur-e en production, traitement, analyse de données et enquêtes conçoit et met en œuvre des protocoles de production, de mise à disposition et d’analyse de données qualitatives issues de corpus et/ou d’enquêtes, en lien avec les recherches menées par les chercheurs des équipes du laboratoire. Il/elle contribue aux innovations scientifiques et méthodologiques amenées notamment par la montée en puissance des enquêtes qualitatives en sciences sociales, dans un contexte fort d’ouverture des données

Activités :

Activités principales :

– Concevoir et mettre en œuvre des protocoles de production de données qualitatives diversifiées (entretiens, focus group, observations, corpus documentaires, captations vidéo, photographies, images, captations sonores, données issues du web…)

– Proposer, le cas échéant, des méthodes innovantes ou expérimentales de production de ces données

– S’assurer de la qualité et de la cohérence des données produites

– Organiser les pilotes, effectuer les réajustements techniques et assurer la conduite des opérations de recueil

– Coordonner l’opérationnalisation et les étapes de mise en forme et de traitement des données produites (corpus hétéroclites, images et/ou son, retranscriptions, relecture et mise en cohérence des données, tableau de caractéristiques et de métadonnées)

– Mettre en œuvre les opérations d’analyse des données qualitatives, à l’aide de logiciels dédiés, en assurant les opérations de codage, de construction d’indicateurs et de production de résultats

– Contribuer au travail d’indexation des matériaux y compris multimédias

– Rédiger des rapports méthodologiques et participer à la rédaction d’articles ou d’autres livrables scientifiques.

Activités secondaires :

– Exercer une veille sur les méthodes, les outils de traitement de données qualitatives (des plus manuels aux plus automatisés) et les logiciels en sciences sociales

– Transférer ses compétences dans le cadre d’actions de formation (formation continue, à la recherche, auprès des étudiants)

– Participer à l’organisation de manifestations scientifiques (colloques, journées d’étude)

– Contribuer aux réflexions et aux activités en lien avec la production et l’analyse des données qualitatives dans les réseaux professionnels et scientifiques au niveau local (site de l’Université Grenoble Alpes), national et international.

Compétences

Connaissances

– Connaissance approfondie d’au moins une discipline de l’unité. Des connaissances dans certains des principaux domaines de spécialité du laboratoire serait un plus

– Connaissance approfondie des méthodes d’enquête en sciences sociales (entretiens, observations, questionnaires…). Un intérêt pour des méthodes expérimentales ou innovantes (production de données à partir de serious game, de mises en situation des enquêtés, de parcours commentés, …) serait un plus

– Maîtrise du cadre légal et déontologique de la production et du traitement des données qualitatives

– Connaissances des exigences liées au développement de la science ouverte (plan national pour la science ouverte, archives ouvertes, outils de partage et gestion des données)

– Notions en humanités numériques

– Anglais : compréhension orale et écrite de niveau B1 (selon le cadre européen commun de référence pour les langues).

Compétences

– Compétences approfondies dans les opérations d’analyse et de codage des données qualitatives

– Maîtrise d’un ou de plusieurs logiciels spécifiques d’analyse de données qualitatives : Nvivo, Atlas.ti, etc.

– Maîtrise d’un ou de plusieurs logiciels spécifiques d’analyse textuelle ou de lexicométrie : Sphinx, Alceste, Iramuteq, Spad-t, etc.

– La maîtrise d’un ou de plusieurs logiciels d’analyse de matériaux multimédias serait un plus


– Maîtrise des outils informatiques et bibliographiques

– Compétences rédactionnelles (rédaction de rapport, d’articles, etc.).

Savoir-être

– Avoir le sens du travail en équipe et des relations humaines

– Savoir planifier son activité

– Être capable d’autonomie

– Faire preuve de curiosité intellectuelle

Contexte :

Le laboratoire Pacte est une unité mixte de recherche du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes (UGA) et de Sciences Po Grenoble-UGA qui regroupe des géographes, politistes, sociologues, urbanistes, économistes et historiens. Ses membres sont investis dans la construction de langages communs et de connaissances transverses sur les transformations sociétales dans leurs dimensions politiques, territoriales, sociologiques et écologiques (https://www.pacte-grenoble.fr). Les personnels du laboratoire sont répartis sur plusieurs sites. L’affectation principale de l’ingénieur-e sera sur le site de Sciences Po Grenoble-UGA, sur le campus universitaire à Saint-Martin d’Hères. L’activité scientifique du laboratoire Pacte est portée par cinq équipes de recherche : Environnements, Gouvernance, Justice sociale, Régulations et Villes et Territoires

L’ingénieur-e en production, traitement, analyse de données et enquêtes interviendra en appui direct et de manière transversale aux cinq équipes du laboratoire et en lien avec les enjeux de recherche émergents pour Pacte. La personne recrutée rejoindra le groupe ARIANE, groupe d’appui méthodologique du laboratoire, composé d’ingénieur-e-s possédant des compétences disciplinaires et méthodologiques diversifiées. Ce groupe est rattaché hiérarchiquement à la direction du laboratoire. L’ingénieur-e travaillera plus particulièrement avec l’ingénieure spécialiste des approches qualitatives, et participera à la formation et l’accompagnement méthodologique des doctorants et des stagiaires. Des formations complémentaires pourront être suivies pour acquérir et/ou renforcer certaines compétences.

Recrutement : chargé-e de R&D – pour un consortium de Tiers lieux picards / Institut Godin ( Amiens)

Vous trouverez ci-dessous une offre d’emploi pour un poste de chargé-e de recherche et développement pour un consortium de Tiers lieux picards.

Cette offre nous a été transmise par l’INSTITUT GODIN (Amiens).

Un niveau doctorat est demandé, mais n’hésitez pas à postuler si vous êtes détenteur-rice d’un M2 Recherche ou d’un M2 CPIN avec mémoire achevé en rapport avec la thématique du poste !

Recrutement – Assistant·e de Recherche

Ci-dessous une offre de contrat d’Assistant(e) de Recherche pour une durée de cinq mois à partir de septembre, financé par le Labex Structuration des Mondes Sociaux de l’Université de Toulouse.

La multiplication des dispositifs de communication numériques transforme les sociabilités, les conditions de l’action collective et les formes des échanges économiques. Par exemple, les usagers des médias sociaux sont plus susceptibles de perdre d’anciens liens faibles et d’en créer de nouveaux (Vriens & van Ingen, 2018). Associé à une moindre fréquence des interactions avec les voisins, l’usage des dispositifs de sociabilité numérique comme les réseaux sociaux numériques (RSN), les blogs, la messagerie instantanée ou le partage de photos permettrait de réactiver plus souvent des relations distantes géographiquement (Hampton et al., 2011). Or, les effets des technologies de l’information et de la communication (TIC) sont peu étudiés dans le contexte spécifique des mondes agricoles, alors même que les sociabilités y sont en pleine mutation et que les RSN généralistes ou autres plateformes spécifiques s’y installent résolument. Adossé au projet RESAGRI (coordination Victor Potier), ce projet vise à comprendre dans quelle mesure les dispositifs de sociabilité numériques transforment les formes de faire-ensemble des agriculteurs. La question des sociabilités dans les mondes agricoles s’inscrit dans un cadre de recherche portant sur l’isolement relationnel croissant des agriculteurs et l’affaiblissement des cadres traditionnels de leur action collective.

Titre : Analyse des réseaux de sociabilité des agriculteurs et des agricultrices au regard des TIC.

Résumé : Ce projet vise à étudier l’effet du numérique sur les sociabilités des agriculteurs et notamment comment il transforme les structures sociales et territoriales qui leur préexistent. Dans des mondes agricoles en pleine diversification et face à une multiplication des dispositifs et des usages numérisés, des entretiens centrés sur les sociabilités des agriculteurs et leurs usages des dispositifs de sociabilité numérique permettront de saisir à la fois la spécificité des sociabilités numérisées, et leurs effets dans les contextes particuliers des mondes agricoles.  Le numérique constitue-t-il une épreuve pour les mondes agricoles ou offre-t-il au contraire un renouvellement des formes d’attachement social ? Les espaces en, ligne rendent-ils plus habitables des territoires hors-ligne qui se dépeuplent en exploitants agricoles ? Est-ce que les médias sociaux numériques renouvellent les formes de dialogues aux nouveaux habitants qui viennent progressivement diversifier les populations rurales ?

Les entretiens seront prolongés par des questionnaires reprenant le protocole de l’enquête RESTIC (Favre, Grossetti, 2021). Cette enquête utilise la méthode de l’analyse de réseaux égo-centrés et des générateurs de noms à partir de contextes spécifiques (famille, travail, voisinage, pratiques sportives ou associatives) pour identifier les caractéristiques des alters composant les réseaux personnels (niveau d’étude, lieu d’habitation, etc.), la fréquence et les modes de liens entretenus avec eux. Une focale particulière sur les usages du smartphone permettra par ailleurs de se situer à hauteur des usages quotidiens des dispositifs, tout en se prémunissant de biais générationnels grâce à la comparaison entre l’usage des médias sociaux et d’autres TIC antérieures (appel téléphonique, SMS, etc.).

Objectifs : Participer à une enquête sur les réseaux de sociabilités des agriculteurs et comprendre la place qu’y occupent les médias sociaux numériques. Identifier les variables explicatives des relations de sociabilité des exploitants agricoles.

Profil : Étudiant(e) en 2e année de master de sciences sociales intéressé(e) par l’étude des mondes agricoles. Compétences rédactionnelles requises. Le candidat devra aussi être titulaire du permis B pour réaliser les entretiens.

Encadrement : Victor Potier (INRAE AGIR, Labex SMS), Julien Brailly (INRAE AGIR, ENSAT).

Localisation : Institut National Polytechnique-École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse, Avenue de l’Agrobiopole, 31326 Castanet-Tolosan.Période : 5 mois, de septembre 2022 à janvier 2023.

Rémunération : 1925 € / mois brut.

Procédure :  Les candidat(e)s intéressé(e)s sont invité(e)s à soumettre leur dossier de candidature complet par courrier électronique à julien.brailly@toulouse-inp.fr ou victor.potier@inrae.fr avant le 1 juillet 2022. Le dossier de candidature doit inclure une lettre de motivation, un CV et un exemple de document écrit par le passé (publication, rapport, communication par exemple) attestant des compétences rédactionnelles. Les auditions des candidats auront lieu le 7 juillet 2022.

Renseignements :

Julien Brailly : julien.brailly@toulouse-inp.fr – 06 45 11 31 98

Victor Potier : victor.potier@inrae.fr – 06 40 93 37 79