Questions d’épistémologie en sciences sociales (CM, L3S6)

Enseignante : Isabelle CHARPENTIER

icharpentier@yahoo.fr

L3 S6– Fondamentaux Sociologie

Année universitaire 2017-2018 (semestre 6 ; CM optionnel de 18 heures – 3 ects)

 

QUESTIONS D’EPISTEMOLOGIE EN SCIENCES SOCIALES

Résumé

Ce cours, évalué en contrôle continu (assiduité obligatoire), consiste en une réflexion sur les questions épistémologiques qui se posent en sciences sociales lorsque les chercheur-e-s sont amené-e-s à collecter et analyser des sources qu’ils-elles n’ont pas eux-elles-mêmes produites. Il peut s’agir de documents écrits (écrits institutionnels – règlements intérieurs d’entreprise, bulletins scolaires, minutes de procès… –, blogs, archives personnelles –correspondances, journaux intimes… –, produits médiatiques de la presse écrite – dossiers spéciaux, courriers de lecteurs, critiques littéraires, annonces matrimoniales, horoscopes… –, ou encore œuvres littéraires, autobiographiques ou non, ouvrages de vulgarisation scientifique, etc.), ou de produits (audio)visuels divers (peintures, photographies, chansons, one-(wo)man shows, publicités, films, séries télévisées…).

Une telle perspective de recherche soulève ainsi toute une série d’interrogations inhérentes à la démarche sociologique qu’il s’agira de considérer : quel statut scientifique donner à de tels matériaux ? Quel crédit leur accorder ? Quelles difficultés particulières d’exploitation posent-ils ? Quels usages sociologiques peut-on en faire ? Comment les interpréter sociologiquement ? Comment rattacher ces données à l’analyse des régularités sociales ou des « grandes » questions sociologiques ? Comment raisonne-t-on à partir de la description de configurations singulières et dans quelle mesure peut-on prétendre généraliser à partir d’elles ? Comment mettre plusieurs cas en série ?

En fournissant les bases conceptuelles et méthodologiques d’une démarche sociologique qui implique le recueil et l’analyse de documents qui ne sont produits ni par ni pour des sociologues ou des ethnologues, le cours a pour objectif d’initier concrètement les étudiant-e-s à l’enquête sociologique, et de développer ainsi leur regard critique et leur « imagination sociologique ». Travaillant sur des études de cas[1], qui favorisent la mise en œuvre de réflexions méthodologiques et épistémologiques, les étudiant-e-s seront ainsi invité-e-s à analyser sociologiquement des documents écrits divers (un règlement intérieur d’entreprise, des sondages d’opinion, des petites annonces matrimoniales, des encyclopédies sur le corps à destination des enfants et des adolescent-e-s, des albums illustrés pour enfants, des autobiographies littéraires – e.g. des œuvres d’Annie Ernaux et d’écrivaines (franco-)algériennes –, des romans – e.g. romans sentimentaux de la collection « Harlequin »…), mais aussi des images fixes diverses (publicités mettant en scène des hommes et des femmes, publicités pour les jouets au moment de Noël, illustrations d’encyclopédies sur le corps à destination des enfants et des adolescent-e-s et d’albums pour enfants, illustrations de premières de couverture de romans…). Sur ce dernier point, il faut en effet souligner qu’analyser des images durant le processus de recherche est aujourd’hui assez fréquent dans le champ des sciences sociales, même si cela n’a pas toujours été le cas. Si les sources (audio)visuelles ont acquis un statut légitime d’objets d’étude ou d’outils pour les enquêtes sociologiques, c’est aussi parce qu’elles permettent d’interroger les méthodes de la sociologie et font surgir des questions épistémologiques sur l’instrumentation des images. Car, dans tous les cas, la photographie ne se réduit jamais à une simple opération d’enregistrement du réel.

Des analyses en termes de sociologie du genre et de sociologie de la littérature seront privilégiées dans le cadre de ce CM, mais sans exclusive.

 

Modalités d’évaluation

Contrôle continu (100 % de la note finale)

Réalisation (en groupe ou individuellement) des exercices écrits (commentaires de documents, cas pratiques, mini-dossiers de recherche) et oraux (exposés) demandés. 2 notes au minimum par étudiant-e (une pour un exposé oral, l’autre pour un dossier écrit). La participation orale au cours des séances pourra venir pondérer ces notes.

Si l’étudiant-e ne peut réaliser un exposé (faute de temps en séances ou si elle-il est dispensé-e d’assiduité), elle-il rendra alors au moins un dossier entièrement rédigé sur l’un des thèmes proposés, avant l’évocation de celui-ci en CM, qu’elle-il y assiste régulièrement ou pas.

 

 

N.B. :

La présence dans le CM évalué en contrôle continu étant obligatoire, un appel des étudiant-e-s présent-e-s sera réalisé systématiquement au début de chaque séance. La ponctualité est demandée.

Il est rappelé qu’au-delà de 2 absences injustifiées, l’étudiant-e non dispensé-e d’assiduité (salarié-e, jeune parent, sportif-ve de haut niveau, sur présentation des justificatifs requis à la scolarité concernée et à l’enseignante) sera déclaré-e défaillant-e et perdra donc le bénéfice du contrôle continu. Il/elle ne pourra se présenter qu’à la seconde session d’examen. Aucune dérogation à ces règles fixées par le règlement intérieur des études ne sera tolérée.

Les travaux écrits réalisés à la maison devront être rendus à la date fixée, c’est-à-dire avant que le thème ne soit abordé en cours. Aucun retard ne sera toléré, sauf cas de force majeure, dûment justifié.

 

METHODOLOGIE POUR L’EXPOSE ORAL & LES DOSSIERS ECRITS

 

Objectifs :

Interactif, ce CM, conçu globalement comme un TD, vise l’apprentissage des étudiant-e-s à partir d’études de cas concrets, réalisées seul-e ou en groupes. Il a pour but d’encourager les étudiant-e-s à développer et appliquer leurs connaissances et leur compréhension des notions utilisées par les auteur-e-s, à analyser des documents, à expérimenter des techniques d’enquêtes de sciences sociales, mais aussi à exposer les questions épistémologiques qu’elles ne manquent pas de poser. L’objectif est également d’évaluer la capacité des étudiant-e-s à présenter oralement les résultats d’une recherche (exposé, participation à l’oral), à rédiger et à argumenter de manière sociologique.

 

Mise en œuvre :

– Pour préparer l’exposé oral et/ou les dossiers écrits, les étudiant-e-s travailleront seuls ou en groupe (2 à 3 étudiant-e-s maximum) sur un des thèmes proposés. Il s’agira, dans tous les cas, de présenter le champ de l’étude et l’objet de la recherche, ainsi que la problématique : la question centrale, les sous-questions, les hypothèses de recherche, les orientations théoriques, les principaux concepts et notions utilisés – qui devront être précisément définis –, les techniques d’enquête utilisées, en présentant leurs intérêts, leurs limites, les questions épistémologiques ou déontologiques qu’elles peuvent poser, etc. Il conviendra enfin de remettre l’ensemble en perspective critique raisonnée (ouvertures possibles, comparaison avec d’autres recherches etc). Les recherches bibliographiques et documentaires en lien avec le thème sont donc nécessaires et devront être présentées en respectant les normes académiques. Cf., pour des consignes de présentation, le livret MTU.

– L’exposé comme le dossier seront clairement structurés en 2 ou 3 parties, avec une introduction, un plan apparent, des transitions entre les parties, une conclusion et une bibliographie présentée selon les normes académiques. Le plan devra être annoncé clairement dès la fin de l’introduction.

L’exposé ne devra pas excéder 15 MINUTES. Il s’agit donc de vous entraîner au préalable pour ne pas dépasser ce temps. L’objectif est ici de permettre ensuite le débat et les questions des autres étudiant-e-s. Cf., pour des consignes de méthode complètes sur la réalisation d’un exposé, le livret MTU.

L’utilisation de support (type Power point) au cours de l’exposé sera appréciée, en vue par exemple de présenter le plan, des extraits significatifs de textes, mais aussi de proposer des illustrations photographiques ou audiovisuelles (limitées dans le temps) en lien avec le thème – cf., pour des conseils sur la conception d’un Powerpoint, le livret MTU. De même, sera appréciée la distribution aux autres étudiant-e-s, au début de l’exposé, d’un support écrit, présentant le plan de l’exposé, des extraits de textes, la bibliographie, etc., afin qu’ils/elles puissent conserver une trace écrite de l’exposé. Le dossier peut, lui aussi, comporter des extraits significatifs de textes et proposer des illustrations photographiques en lien avec le thème.

L’exposé intégralement rédigé à l’écrit sera remis à l’enseignante le jour même de sa présentation orale (15 000-20 000 caractères, espaces compris, soit environ 5 pages).

 

Evaluation :

L’évaluation prendra en compte : s’il y a lieu, le travail collectif et la préparation en groupe ; le respect du temps de présentation pour l’exposé ; le contenu, la rigueur et la clarté de l’exposé – et de sa forme écrite – ou du dossier ; la justesse et la précision du vocabulaire sociologique utilisé ; la compréhension et la pertinence des questions épistémologiques soulevées ; pour l’exposé, la capacité à susciter l’attention des auditeurs (ne lisez pas votre texte rédigé !), le support type Powerpoint réalisé, les documents distribués ; pour l’exposé et le dossier, la recherche bibliographique et documentaire réalisée, la qualité de la mise en perspective critique (ouvertures possibles, comparaison avec d’autres recherches, etc.) ; pour le dossier, la qualité des extraits significatifs de textes et des illustrations photographiques en lien avec le thème… Et enfin, la correction de l’orthographe, de la syntaxe et la maîtrise des règles de ponctuation.

 

ORGANISATION DU CM

 

Séance 1. Introduction

Présentation du cours, de ses objectifs, des types d’exercices à réaliser, des modalités d’évaluation & des outils bibliographiques à mobiliser. Répartition des travaux entre les étudiant-e-s.

CM :

– La notion d’analyse de discours : Le discours est un élément constitutif de la réalité sociale. L’activité discursive est, d’une part, l’une des formes de l’action sociale ; elle participe, d’autre part, à un contexte qu’elle contribue à constituer. Une analyse sociologique du discours décrit les opérations de sens que mettent en œuvre les acteurs sociaux lorsqu’ils dégagent la signification de ce leur qui arrive et les implications que cela revêt pour la société. La sociologie s’intéresse au discours en tant qu’il participe de ce « pouvoir symbolique » qui permet à une collectivité d’exister à ses propres yeux, c’est-à-dire de s’instituer. L’analyse de discours vise à saisir et à restituer la logique propre des pratiques discursives. Les gestes analytiques sont applicables à tout matériau discursif (médias, entretiens, analyse de documents et d’archives…).

– La notion d’analyse catégorielle de contenu

 

Séance 2. Analyser sociologiquement un règlement intérieur d’entreprise

Thème 1. Préparation par tou-te-s les étudiant-e-s à la maison et analyse en séance d’un règlement intérieur d’entreprise : « Règlement pour les fileuses logées », des filatures H. Bertrand de Saint-Jean-du-Gard, en vigueur entre 1918 et 1921 (cf. annexe 1).

 

 

Séances 3 & 4. Analyser sociologiquement des sondages d’opinion politiques

Thème 2. Les sondages d’opinion : faire parler l’opinion, faire parler les chiffres… mais de quelle manière ? Des opinions publiées à « l’opinion publique » : retours critiques sur l’élaboration des sondages d’opinion

Cas pratiques : commentaires critiques raisonnés de 2 sondages d’opinion politiques (Le Kosovo et les Français (1999) ; Les Français et le conflit israélo-palestinien (2001) ; Les Français et les sondages d’opinion (2000)) (cf. annexes 2, 3 & 4)

Préparation à la maison par groupes de 2-3 étudiant-e-s ; exposé des conclusions en séance (15 minutes par sondage) ; éléments de synthèse & débat

Pour aller plus loin (les articles soulignés sont gratuitement accessibles en ligne)…

Blondiaux (Loïc), « L’invention des sondages politiques », Revue Française de Science Politique, vol. 41, n° 6, décembre 1991.

Blondiaux (Loïc), La Fabrique de l’opinion – Une histoire sociale des sondages aux Etats-Unis et en France, Paris, Belin, 1999.

Bourdieu (Pierre), « L’opinion publique n’existe pas », in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, pp. 222-250.

Brugidou (Matthieu), L’Opinion et ses publics, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

Champagne (Patrick), « Le cercle politique. Usages sociaux des sondages et nouvel espace politique », Actes de la Recherches en Sciences Sociales, n° 71-72, mars 1988.

Champagne (Patrick), Faire l’opinion – Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990.

Champagne (Patrick). « Les sondages, le vote et la démocratie », Actes de la Recherches en Sciences Sociales, n° 109, 1995.

Dargent (Claude), Sociologie des opinions, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011.

Gaxie (Daniel), « Au-delà des apparences – Sur quelques problèmes de mesure de opinions », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 81-82, mars 1990.

Hubé (Nicolas), Rivière (Emmanuel), Faut-il croire les sondages ?, Paris, Éditions Prométhée, coll. « Pour ou contre ? », 2008.

Lehingue (Patrick), Subunda Coups de sonde dans l’océan des sondages, Broissieux, Editions du Croquant, 2007.

Mercier (Arnaud) [dir.], Médias et opinion publique, Paris, CNRS Editions, 2012.

Meynaud (Hélène), Duclos (Denis), Les Sondages d’opinion, Paris, La Découverte, coll. « Repères/Sociologie », n° 38, 2007.

Séance 5. Analyser sociologiquement des petites annonces matrimoniales

Thème 3. Genre, médias, famille & sexualité (1). Sites de rencontres & annonces matrimoniales, des objets sociologiques

Sur la base d’un corpus d’annonces matrimoniales ou de rencontres hétérosexuelles trouvées dans la presse écrite, spécialisée ou non, et/ou sur le Web, tou-te-s les étudiant-e-s tenteront de répondre à la question suivante (par écrit, qui servira de base à des interventions orales et/ou à des exposés au cours de la séance) :

Que nous apprennent sociologiquement les annonces matrimoniales ? Les étudiant-e-s seront particulièrement attentif-ve-s à repérer les points suivants :

– préférences exprimées quant aux propriétés sociales et aux « qualités » souhaitées de la part du/de la conjoint-e potentiel-le, côté hommes, côté femmes ; repérer, par exemple, l’expression d’un désir d’homogamie sociale dans les annonces, chez les femmes / chez les hommes ; de manière générale, quels sont les capitaux masculins & les capitaux féminins les plus valorisés par chacun des deux sexes dans sa quête d’une rencontre amoureuse ? Quels sont les capitaux qui semblent les plus recherchés par le sexe opposé ? Repérer ici les écarts dans les attentes entre les sexes

– repérer les hiérarchies exprimées entre les genres dans les annonces tant par les hommes que par les femmes ;

– repérer les « manœuvres de séduction » sexuellement différenciées des hommes et des femmes ;

– trouve-t-on, chez les hommes et chez les femmes, des expressions de « sentimentalité » ? des expressions sexuellement connotées ?

Débat & synthèse en CM

Conseils bibliographiques

Barats (Christine) [dir.], Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2013.

Barats (Christine), « Le web, outil de communication, objet de connaissance », in Olivesi (Stéphane) [dir.], Sciences de l’information et de la communication, Objets, savoirs, discipline, Grenoble, PUG, 2013.

Bozon (Michel), « Apparence physique et choix du conjoint », in Hibert (T.), Roussel (L.) [dir.], La Nuptialité : évolution récente en France et dans les pays développés, Paris, PUF/INED, 1991.

Bozon (Michel), « Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination consentie. I et II », Population, 1990, n° 2, pp. 327-360 et n° 3, pp.565-602.

Bozon (Michel), Héran (François), La Formation du couple – Textes essentiels pour la sociologie de la famille, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères Classiques », 2006.

Bozon (Michel), Héran (François), Le Choix du conjoint, Paris, La Découverte, 2006.

Kaufmann (Jean-Claude), La Femme seule et le prince charmant. Enquête sur la vie en solo, Paris, nouvelle éd., Armand Colin, coll. « Individu et société », 2006.

Kaufmann (Jean-Claude), Sex@mour, Paris, Armand Colin, 2010, rééd. Le Livre de poche, 2011.

Kaufmann (Jean-Claude), Sociologie du couple, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 6ème éd. 2014.

Lardellier (Pascal), Les Réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, Paris, François Bourin Editeur, 2012.

Ricordeau (Gwénola), « À la recherche de la femme idéale… Les stéréotypes de genre et de race dans le commerce de ‘promises par correspondance’ », Genre, sexualité et société, n° 5, printemps 2011.

Singly (François de), « «Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales », Revue Française de Sociologie, vol. XXV, n° 4, 1984.

 

Séance 6. Analyser sociologiquement des publicités

Thème 4. Genre & socialisation (1). Genre & publicité : mise en scène de la différence des sexes, intériorisation de rôles sociaux genrés & construction d’identités de genre

 

1) CM : Méthodes d’analyse de l’image fixe – Etude de cas : la représentation des sexes dans la publicité

 

2) Visionnage & commentaire en séance de publicités de différentes époques mettant en scène des hommes et des femmes. Quelques exemples…

 

 

 

 

 

 

3) Sur la base d’un corpus de publicités de différentes époques trouvées dans la presse écrite, tou-te-s les étudiant-e-s analyseront la mise en scène par les publicitaires de la différence des sexes (par écrit, qui servira de base à des interventions orales et/ou à des exposés au cours de la séance).

 

Quelques conseils bibliographiques

Bamberger (Clara), Femmes et médias. Une image partiale et partielle, Paris, L’Harmattan, 2014.

Coulomb-Gully (Marlène) et alii, « Médias : la fabrique du genre », Sciences de la Société, n° 83, 2011.

Damian-Gaillard (Béatrice), Montanola (Sandy), Olivesi (Aurélie) [dir.], L’Assignation de genre dans les médias. Attentes, perturbations, reconfigurations, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2014.

Goffman (Erving), « La ritualisation de la féminité », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol. 14, n° 1, 1977, pp. 34-50.

Goffman (Erving), L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2002.

Julliard (Virginie), Quemener (Julie), « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n° 4, 2014.

Kunert (Stéphanie), Publicité, genre et stéréotypes, Fontenay-le-Comte, Lussaud, coll. « L’Impensé contemporain », 2013.

Martin-Juchat (Fabienne), « Sexe, genre et couple en publicité. Un tendance à la confusion », Revue MEI (L’Harmattan), n° 20, 2004.

Meyer (Michaël), Maresca (Sylvain), Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, PUR, 2013.

Pahud (Stéphanie), Variations publicitaires sur le genre – Une analyse linguistique des représentations publicitaires du féminin et du masculin, Lausanne, Arttesia Éditions, 2009.

Pietrucci (Sophie), Ventiane (Chris), Vincent (Aude) [dir.], Contre les publicités sexistes, Paris, L’Echappée, coll. « Pour en finir avec », 2012.

Soulages (Jean-Claude), « Le genre en publicité, ou le culte des apparences », Revue MEI (L’Harmattan), n° 20, 2004.

Soulages (Jean-Claude), « Les avatars de la publicité télévisée ou les vies rêvées des femmes », Le temps des médias, N) 12, printemps 2009.

 

Séance 7. Analyser sociologiquement des catalogues de jouets

Thème 5. Genre & socialisation (2). Genre & jouets : mises en scène de la différence des sexes, construction, transmission & apprentissages des rôles de genre

 

1) Sur la base d’un corpus de catalogues publicitaires présentant les jouets pour Noël, tou-te-s les étudiant-e-s analyseront la mise en scène par les publicitaires de la différence des sexes (par écrit, qui servira de base à des interventions orales et/ou à des exposés au cours de la séance).

 

2) Visionnage & commentaire en séance de publicités de différentes époques pour des jouets. Quelques exemples…

 

 

 

 

 

 

 

3) Synthèse (PWP)

 

Quelques conseils bibliographiques

Baerlocher (Elodie), « Barbie® contre Action Man® ! Le jouet comme objet de socialisation dans la transmission des rôles stéréotypiques de genre », in Dafflon Novelle (Anne) [dir.], Filles-garçons : socialisation différenciée ?, Grenoble, PUG, coll. « Vies sociales », 2004.

Belotti Gianini (Elena), Du côté des petites filles, Paris, Des femmes, 1973.

Brougère (Gilles), Jouets et compagnie, Paris, Stock, 2003.

Tap (Pierre), Masculin et féminin chez l’enfant, Toulouse, Privat, coll. « Education et culture », 1985.

Vincent (Sandrine), Le Jouet et ses usages sociaux, Paris, La Dispute, 2001.

Zegaï (Mona), « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Cahiers du Genre, n° 49, 2010, p. 35-54 [cairn].

 

Séances 8, 9, 10, 11 & 12. Analyser sociologiquement des matériaux littéraires : enjeux, méthodes, intérêts, limites

Thème 6. Genre & socialisation (4). Genre & littérature jeunesse (albums illustrés) : représentations du masculin & du féminin, construction, transmission & apprentissages des rôles de genre

 

1) CM : Couvertures & titres de romans : comment analyser le « paratexte » ?

Eléments bibliographiques

Del Lungo (Andrea), « Seuils, vingt ans après. Quelques pistes pour l’étude du paratexte après Genette », Littérature, vol. 3, n° 155, octobre 2009, pp. 98-11.

Genette (Gérard), Figures V, Paris, Seuil, 2002 [1ère éd. 1987].

Genette (Gérard), Seuils, Paris, Seuil, 1987.

Lane (Philippe), « Seuils éditoriaux », Espaces Temps, n° 47-48, 1991, pp. 91-108.

 

2) Présentation par groupes d’étudiant-e-s des représentations du masculin & du féminin et des enjeux de genre dans des albums illustrés pour la jeunesse : comment les albums illustrés pour enfants contribuent-ils à élaborer la différence des sexes ?

 

 

Les albums Fleurus (maison d’édition catholique)

 

 

 

 

 

 

 

 

Albums inversant les genres

 

 

Albums sur l’homoparentalité / l’homosexualité

 

 

 

 

Corpus (possible) d’étude (voir à la Médiathèque municipale)

Albums reproduisant les stéréotypes de genre

Les séries Zoé princesse parfaite et Super Hugo chez Fleurus (3-6 ans)

 

Albums illustrés inversant les normes de genre :

  • Aymon (Gaël), Bourgeon (François), Serprix (Sylvie), Nille (Peggy), Contes d’un autre genre, Talent hauts, 2011.
  • Beauvois (Delphin), Cantais (Claire), On n’est pas des poupées : mon premier manifeste féministe!, La Ville brûle, 2013.
  • Brami (Elisabet), BillonSpagnol (Estelle), La Déclaration des droits des filles, Talent hauts, 2014.
  • Brami (Elisabet), BillonSpagnol (Estelle), La Déclaration des droits des garçons, Talent hauts, 2014.
  • Brenman (Ilan), Le Huche (Magali), Même les princesses pètent, Paris, Glénat.
  • Brière-Haquet (Alice), Larchevêque (Lionel), La Princesse qui n’aimait pas les princes, édition Actes-Sud Junior.
  • Bruel (Christian), Bozellec (Anne), Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, Paris, Editions Thierry Magnier, 1975.
  • Chedru (Delphine), La Princesse attaque, Hélium, 2012.
  • Courgeon (Rémi), Brindille, Milan.
  • De Greef (Sabine), Camerman (Fleur)), Fille ou garçon ?, Alice Jeunesse, 2014.
  • Falconer (Ian), Olivia, reine des princesses,Paris, Seuil jeunesse, 2012.
  • Fine (Anne), La Nouvelle robe de Bill, Paris, L’Ecole des loisirs, 1989.
  • Flamant (Ludovic), Englebert (Jean-Luc), Les Poupées c’est pour les filles, Pastel, 2013.
  • Gilligham (Sara), Je sais faire toute seule, Nathan, 2014
  • Gilson (David), Bichon, Glénat.
  • Gravel (Elise), Tu peux [livre téléchargeable en ligne, en pièce jointe]
  • Green (Ilya), La Dictature des petites couettes, Didier Jeunesse.
  • Hense (Nathalie), Green (Ilya), Marre du rose, Paris, Albin Michel Jeunesse, 2008.
  • John & Jana, Vive l’anarchie, Editions Graine2, 2013.
  • Kemp (Anna), La Pire des princesses, Milan.
  • (Fred), Quand Lulu sera grande, Editions Talent Hauts.
  • Lachapelle (Jannick), Loufane, Margot et la leçon de tricot, édition de la Bagnole.
  • Lacombe (Benjamin), Longs cheveux, Talent hauts, 2010.
  • Lenain (Thierry), Durand (Delphine), Série Mademoiselle Zazie (veut un bébé, a-t-elle un zizi ?, a trop d’amoureux, a des gros nénés, veut embrasser Max, et la robe de Max…), Nathan.
  • Lesaffre (Laetitia), Je veux un zizi, Paris, Talent Hauts.
  • Mine (Brigitte), Eykerman (Merel), Comme une princesse, Talents Hauts.
  • Richard (Stéphanie), Doumont (Gwenaëlle), J’aime pas la danse, Talent Hauts.
  • Richard (Stéphanie), Popy la tornade,
  • Roumiguière (Cécile), Brax (Justine), Rouge Bala,
  • Scotto (Thomas), Tallec (Olivier), Jérôme par cœur, Actes Sud junior, 2009.
  • Taboni Misérazzi (Jeanne), Laborde (Raphaëlle), Le Petit garçon qui aimait le rose, Des ronds dans l’O, 2011.
  • Tinnen (Karl), Kanstad Johnsen (Mari), Nils, Barbie et le problème du pistolet, Albin Michel jeunesse, 2013.
  • Voltz (Christian), Nous les hommes, Editions du Rouergue.
  • Walliams (David), Le Jour où je me suis déguisée en fille, Gallimard.

 

Albums illustrés sur l’homosexualité/homoparentalité :

  • Barsony (Piotr), Papa porte une robe, 2004 [ouvrage qui, comme les suivants, a suscité une très forte polémique, de la part notamment des associations catholiques].
  • Boutignon (Béatrice), Tango a deux papas, et pourquoi pas ?, Le Baron Perché Ed., 2013.
  • Chabbert (Ingrid), Loueslati (Chadia), La Fête des deux mamans, Carcassonne, Les Petits pas de Ioannis, 2010.
  • David (Morgane), J’ai deux papas qui s’aiment, Paris, Hatier, 2007.
  • Dourou (Muriel), Cristelle et Crioline, KTM Editions, 2011.
  • Dourou (Muriel), Dis MamanS, Editions Gaies et Lesbiennes, 2003.
  • Dourou (Muriel), Un mariage vraiment gai, Editions Gaies et Lesbiennes, 2004.
  • Dumortier (David), Medhi met du rouge à lèvres, Cheyne Editeur, 2006.
  • Fine (Anne), La Nouvelle robe de Bill, Paris, L’Ecole des loisirs, 1989.
  • Parachini-Deny (Juliette), Béa (Marjorie), Mes Deux papas, Des ronds dans l’O, 2013.
  • Taboni Misérazzi (Jeanne), Laborde (Raphaëlle), Le Petit garçon qui aimait le rose, Des ronds dans l’O, 2011.
  • Texier (Ophélie), Jean a deux mamans, Paris, L’Ecole des loisirs, 2004.

 

3) Débats & synthèse en séance.

CM :

Etre une fille, être un garçon dans la littérature pour la jeunesse en France

– Les représentations de la « mauvaise fille » dans la littérature de jeunesse européenne

 

Eléments bibliographiques

Association européenne Du côté des filles, Que voient les enfants dans les livres d’images ? Des réponses sur les stéréotypes, 1996.

Attikpoé (K.) [dir.], L’Inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2008.

Benert (Britta), Clermont (Philippe) [éds.], Contre l’innocence – Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse, Bruxelles, Éditions Peter Lang, 2011.

Bilat (Loïse), Haver (Gianni) [dir.], Le Héros était une femme… Le Genre de l’aventure, Editions Antipodes, 2012.

Brugeilles (Carole), Cromer (Sylvie), « Albums illustrés créés par des femmes, albums illustrés créés par des hommes : quelles différences ? Le cas de la production française en 1994 », in Bajomée (Danielle), Dor (Juliette), Henneau (Marie-Elisabeth) [dir.], Femmes & livres, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2007.

Brugeilles (Carole), Cromer (Sylvie), « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, vol. 57, n° 2, 2002.

Cadolle (Sylvie), « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et prévisions, n° 64, 2001, pp. 19-33.

Chabrol-Gagne (Nelly), Filles d’album, Le Puy-en-Velay, Poisson soluble, 2011.

Connan-Pintado (Christiane), Béhotéguy (Gilles) [dir.], Etre une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945-2012, Bordeaux, PU Bordeaux, coll. « Etudes sur le livre jeunesse », 2014.

Cromer (Sylvie), « Genre et littérature jeunesse en France : éléments pour une synthèse », Nordiques, n° 21, 2010.

Détrez (Christine), « Des shonen pour les garçons, des shojo pour les filles ? Apprendre son genre en lisant des mangas », Réseaux, n° 29, 2011.

Lagabrielle (Renaud), Représentations des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2007.

Lipani Vaissade (Marie-Christine), « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date », Le Temps des médias, n° 12, vol. 1, 2009, p. 152-162.

Maigret (Eric), « ’Strange grandit avec moi’. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, n° 95, 1995.

Nhouhet-Roseman (Joëlle), Les Mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence, Paris, Editions Erès, 2011.

Nordiques, « Genre et culture enfantine – Filles intrépides et garçons tendres », n° 21, 2010.

Réseaux, « Pratiques culturelles et enfance sous le regard du genre », n° 168-169, 2011.

 

Sitographie

* Le site de Talent Hauts, maison d’édition spécialisée dans la lutte pour l’égalité des sexes

* Le site très utile Fille d’album, Ressources pour une littérature jeunesse antisexiste : https ://filledalbum.wordpress.com (créé en février 2014).

 

Thème 7. Genre & socialisation (5). Genre, cultures & sexualités (3). Genre & roman sentimental : représentations du masculin & du féminin, construction, intériorisation, apprentissages & contestations de rôles sociaux genrés

1) CM : La notion de « paralittérature »

 

2) En groupes, à la maison, les étudiant-e-s analyseront le paratexte de romans sentimentaux Harlequin (titres, illustrations de la première de couverture…), ainsi que des publicités de la marque. Présentation en TD.

 

3) Visionnage en TD de couvertures de romans de la collection Harlequin & de publicités de la marque. Analyse, débat & synthèse (CM)

 

 

 

 

 

 

 

4) En groupes, à la maison, les étudiant-e-s réaliseront des analyses de contenu de romans sentimentaux Harlequin (fiches de synthèse concernant les héros et les héroïnes : âge, profession & situation financière, situation familiale, passé sentimental, caractéristiques physiques (cheveux, yeux, silhouette…), traits de caractères + fiches de synthèse concernant le déroulement de l’histoire : chronologie, événements marquants par chapitres, scénario de fin). Quels sont les modèles de relations amoureuses valorisées dans ces romans ? Exposé(s) & débat.

 

5) Synthèse (CM)

– Les apports de la sociologie de la réception

– Développements récents : Harlequin à l’ère du numérique

 

Quelques éléments bibliographiques

Bettinotti, (Julia) (dir.], La Corrida de l’amour : le roman Harlequin, Montréal, XYZ Éditeur, 1990.

Cadet (Christiane), « Roman sentimental ou histoire de sentiments », Pratiques, n° 50, juin 1988, pp. 101-110.

Couégnas (Daniel), Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992.

Damian-Gaillard (Béatrice), « Les romans sentimentaux des collections Harlequin : quelle(s) figure(s) de l’amoureux ? Quel(s) modèle(s) de relation(s) amoureuse(s) ? », Questions de communication, n° 20, 2011.

Helgorsky (Françoise), « Harlequin ou la quête du grand amour », Communication et langages, n°63, 1er trim. 1985, pp. 83-98.

Helgorsky (Françoise), « Harlequin : l’unité dans la diversité et vice-versa », Pratiques, n° 54, juin 1987, pp. 5-20.

Houel (Annik), Le Roman d’amour et sa lectrice. Une si longue passion, Paris, L’Harmattan, 1997.

Legrand (Amélie), « La réception du roman sentimental dans la presse et les ouvrages de critique littéraire », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n° 4, 2014.

Luneau (Marie-Pier), « ’Tant d’amour à donner’ », COnTEXTES, n° 3, juin 2008, [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2008. URL : http://contextes.revues.org/document2413.html.

Pelckmans (Paul), La Sociabilité des cœurs. Pour une anthropologie du roman sentimental, Amsterdam, Rodopi, 2013.

Péquignot (Bruno), La Relation amoureuse – Analyse sociologique du roman sentimental moderne, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1991.

Radway (Janice), « Lectures ‘à l’eau de rose’. Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix, vol. 13, n° 51, 2000.

Radway (Janice), Reading the Romance. Women, Patriarchy and popular Literature, Chapel Hill & London, University of North Carolina Press, 1984.

Robine (Nicole), « Lecteurs et lectures de mauvais genres », Pratiques, n° 54, juin 1987.

Saint-Jacques (Denis), Femmes de rêve au travail : les femmes et le travail dans les productions écrites de grande consommation, au Québec, de 1945 à aujourd’hui, Québec, Nota Bene, 1998.

 

Sitographie

Le site des éditions Harlequin, http : //www.harlequin.fr

 

Thème 9. Genre & socialisation (6). Genre, cultures & sexualités (4). Quand la littérature contemporaine parle du monde : résistances politiques & sociales

 

  1. Annie Ernaux : Ethnologue de la migration de classe – Ecrire la déchirure de classe au sein de la famille, écrire pour « venger sa race » (2 séances)

 

 

 

 

  1. a) En groupes, les étudiant-e-s réaliseront des analyses de contenu de récits d’Annie Ernaux, en tentant notamment de répondre à la question suivante : comment écrire la déchirure de classe au sein de la famille ? Ils-elles s’interrogeront aussi sur les enjeux indissociablement littéraires, sociaux et politiques qui traversent l’œuvre ernausienne, ainsi que sur la question des relations entre littérature et sociologie qu’elle pose. Exposé(s) & débat.

 

  1. b) Synthèse en CM : la notion d’ « autosociobiographie »

 

Ouvrages d’Annie Ernaux qui peuvent être commentés

Journal du dehors, Paris, Gallimard, 1993 (rééd. Folio).

La Honte, Paris, Gallimard, 1997 (rééd. Folio). (Sébastien Sistac)

La Place, Paris, Gallimard, 1983(rééd. Folio).

La Vie extérieure, Paris, Gallimard, 2000 (rééd. Folio).

Les Années, Paris, Gallimard, 2008 (rééd. Folio).

Les Armoires vides, Paris, Gallimard, 1974 (rééd. Folio).

Regarde les lumières mon amour, Paris, Raconter la vie, 2014.

Une femme, Paris, Gallimard, 1988 (rééd. Folio).

 

Voir aussi…

Aron (Paul), La Littérature prolétarienne, Bruxelles, Labor, 1995.

Bajomée (Danielle), Dor (Juliette) [dir.], Annie Ernaux. Se perdre dans l’écriture de soi, Paris, Klincksieck, coll. « Circare », 2011.

Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

Charpentier (Isabelle), « ’La littérature est une arme de combat’ », entretien avec Annie Ernaux, in Mauger (Gérard) [dir.], Rencontres avec Pierre Bourdieu, Paris, Éditions du Croquant, pp. 159-175.

Charpentier (Isabelle), « ’Quelque part entre la littérature, la sociologie et l’histoire’ – L’œuvre autosociobiographique d’Annie Ernaux ou les incertitudes d’une posture improbable », Contextes – Revue de sociologie de la littérature, n° 1, septembre 2006 [en ligne : http://contextes.revues.org]

Charpentier (Isabelle), « De corps à corps – Réceptions croisées d’Annie Ernaux », Politix, n° 27, 3ème trim. 1994.

Charpentier (Isabelle), « Écrire pour ‘venger sa race’ ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie… Le renouvellement de l’écriture ‘autosociobiographique’ d’Annie Ernaux de Journal du dehors (1993) au ‘récit-fusion’ Les Années (2008) », in Labari (Brahim) [dir.], Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Paris, Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales », 2014, pp. 127-150.

Charpentier (Isabelle), « Les ‘ethnotextes’ d’Annie Ernaux ou les ambivalences de la réflexivité littéraire », in Bajomée (Danielle), Dor (Juliette) [dir.], Annie Ernaux. Se perdre dans l’écriture de soi, Paris, Klincksieck, coll. « Circare », 2011, pp. 77-101.

Charpentier (Isabelle), « Produire ‘une littérature d’effraction’ pour ‘faire exploser le refoulé social’ – Projet littéraire, effraction sociale & engagement politique dans l’œuvre auto-sociobiographique d’Annie Ernaux », in Collomb (Michel) [dir.], L’Empreinte du social             dans le roman depuis 1980, Montpellier, Publications de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, 2005, pp. 111-131.

Collomb (Michel) [dir.], L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, Montpellier, Publications de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, 2005.

Hoggart (Richard), La Culture du pauvre. Etude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1971.

Labari (Brahim) [dir.], Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Paris, Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales », 2014.

Revue des Sciences Humaines, n° 299 : « Le roman parle du monde – Lectures sociocritiques & sociologiques du roman contemporain», octobre 2010.

Thumerel (Fabrice) [dir.], Annie Ernaux : une œuvre de l’entre-deux, Arras, Artois Presses Université/SODIS, 2004.

 

  1. L’écriture d’auteures (franco-)algériennes d’expression française à l’épreuve des violences de genre pendant la « décennie noire » (guerre civile des années 1990) en Algérie (CM)

 

 

 

 

Corpus d’œuvres littéraires

Ben Mansour (Latifa), Frères musulmans, frères féroces. Voyage dans l’enfer du discours islamiste, Paris, Ramsay, 2002.

Bey (Maïssa), Au Commencement était la mer, Marsa, 1996.

Bey (Maïssa), Nouvelles d’Algérie, Paris, Grasset, 1998.

Khiari (Wahiba), Nos Silences, Tunis, Elyzad, 2009

Marouane (Leïla), La Fille de la Casbah, Paris, Julliard, 1996.

Marouane (Leïla), Le Châtiment des hypocrites, Paris, Seuil, 2001.

Marouane (Leïla), Ravisseur, Paris, Julliard, 1998.

Mokeddem (Malika), Des Rêves et des assassins, Paris, Grasset, 1995.

Moutassem-Mimouni (Badra), Passion d’Algérie. Chroniques de tourments et d’obsessions, Paris, Karthala, 2006.

Toumi-Messaoudi (Khalida) (avec Schemla (Élisabeth)), Une Algérienne debout, Paris, Flammarion 1995 ; rééd. J’Ai Lu, n° 4077

Zinaï Koudil (Hafsa), Sans voix, Paris, Plon, 1997.

 

Pour aller plus loin…

Ammar Khodja (Soumya), « Écritures d’urgence de femmes algériennes », Clio – Histoire, femmes et société, n° 9, 1999.

Bonn (Charles), Boualit (Farida) [dir.], Paysages littéraires algériens des années 90. Témoigner d’une tragédie ?, Paris, L’Harmattan, 1999.

Charpentier (Isabelle), Détrez (Christine), Kréfa (Abir) [dir.], Avoir voix au chapitre : socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », série « Littérature & société », 2013.

Charpentier (Isabelle), Le Rouge aux joues – Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb – Une étude d’œuvres et de témoignages d’écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Littératures postcoloniales – Long-courriers », sous-coll. « Essais », 2013.

Chaulet-Achour (Christiane), Ecritures algériennes. La règle du genre, Paris, L’Harmattan, coll. « Créations au féminin », 2012.

Dauphin (Cécile), Farge (Arlette) [dir.], De la violence et des femmes, Paris, Presses Pocket, 1997.

Détrez (Christine), « L’écriture comme résistance quotidienne : être écrivaine en Algérie et au Maroc aujourd’hui », Sociétés contemporaines, n° 78, 2010, pp.65-85.

Détrez (Christine), Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.

Détrez (Christine), Simon (Anne), A leur corps défendant – Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006.

El Nossery (Nevine), Témoignages fictionnels au féminin : une réécriture des blancs de la guerre civile algérienne, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012.

Leduc (Guyonne) [dir.], Comment faire des études-genres avec de la littérature. « Masquereading », Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2014.

Mokhtari (Rachid), La Graphie de l’horreur. Essai sur la littérature algérienne (1990-2000), Alger, Chihab, 2002.

Naudier (Delphine), « Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociétés contemporaines, n° 78, 2010, pp.39-63.

Planté (Christine), La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989.

Poirier (Patrick), Mavrikakis (Catherine) [dir.], Un Certain genre malgré tout. Pour une réflexion sur la différence sexuelle à l’œuvre dans l’écriture, Paris, Editions Nota Bene, 2007.

Redouane (Najib), Mokaddem (Yamina) [dir.], 1989 en Algérie. Rupture tragique ou rupture féconde, Toronto, La Source, 1999.

Reid (Martine), Des femmes en littérature, Paris, Belin, 2010.

Saint-Martin (Monique de), « Les ‘femmes écrivains’ et le champ littéraire », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 83, 1990.

Sauzon (Virginie), « Virginie Despentes et les récits de la violence sexuelle : une déconstruction littéraire et féministe des rhétoriques de la racialisation », Genre, sexualité et société, n° 7, printemps 2012.

Sociétés contemporaines, n° 78, avril-juin 2010 : « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones » .

Tomiche (Anne), Zoberman (Pierre), Littérature et identités sexuelles, Paris, Champ social, 2007.

Zaganiaris (Jean), Queer Maroc. Sexualités, genres et (trans)identité dans la littérature marocaine, Paris, Des Ailes sur un tracteur, 2014.

Zoberman (Pierre) [dir.], Queer, écritures de la différence ?, 2 tomes, Paris, L’Harmattan, coll. « Identités, genres, sexualités », 2008.

 

Sociologie de la littérature : éléments bibliographiques généraux

Bourdieu (Pierre), « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, no 246, pp. 865-906.

Bourdieu (Pierre), « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, no 3, mai-juin 1977, pp. 405-411.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998.

Bourdieu (Pierre), « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, mars 1999

Dirkx (Paul), Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000.

Dubois (Jacques), Durand (Pascal), « Champ littéraire et classes de textes », Littérature, no 70, mai 1988, pp. 5-23.

Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature. Introduction à une sociologie, Bruxelles, Labor/Nathan, 1986.

Escarpit (Roger) [dir.], Le Littéraire et le social. Eléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Flammarion, 1970.

Gheorghiu (Mihaï Dinu), Dragomir (Lucia) [dir.], Littératures et pouvoir symbolique, Paralela 45, 2005.

Jurt (Joseph), « Autonomie ou hétéronomie : le champ littéraire en France et en Allemagne », Regards sociologiques, 1992, pp. 3-16.

Labari (Brahim) [dir.], Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Paris, Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales », 2014.

Legendre (Bertrand), Robin (Christian) [dir.], Figures de l’éditeur. Représentations, savoirs, compétences, territoires, Paris, Nouveau Monde Editions, 2005.

Passeron (Jean-Claude), « Littérature et sociologie », in Menger (Pierre-Michel), Passeron (Jean-Claude) [dir.], L’Art de la recherche. Essais en l’honneur de Raymonde Moulin, Paris, La Documentation Française, 1994, pp. 279-302.

Sapiro (Gisèle), Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014.

Viala (Alain), « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, no 70, 1988, pp. 64-72.

 


Annexe 1.

 

Séance 2. Thème 1. Analyser sociologiquement un règlement intérieur d’entreprise

Règlement pour les fileuses logées

 

Le règlement reproduit ci-dessus est celui des filatures H. Bertrand de Saint-Jean-du-Gard dans le Gard. Il a été en vigueur entre 1918 et 1921.

 

Article I. – Les fileuses doivent obéissance et soumission aux personnes chargées de les surveiller, tant à la maison qu’à la filature.

 

Art. II. – Au premier coup de sirène, c’est-à-dire à 5 heures du matin, les fileuses devront se lever et procéder à leur toilette, afin d’arriver à la filature cinq minutes avant le commencement du travail, c’est-à-dire à 6 heures précises.

 

Art.III. – Il est expressément défendu de manger ou de garder des comestibles dans le dortoir, qui doit être tenu dans un état de propreté absolu. Toutes les semaines, deux ouvrières seront désignées, à tour de rôle par la surveillante, pour balayer les locaux et vider les eaux sales.

 

Art. IV. – Les fenêtres des dortoirs devront être tenues ouvertes pendant la journée ; les lits seront découverts pour permettre l’aération de la literie jusqu’à 8 heures du matin.

 

Art. V. – Pendant le repos du matin, de 8 à 9 heures, chaque ouvrière devra faire son propre lit, et secouer avec soin les draps et couvertures.

 

Art. VI. – Pendant les repos, les ouvrières peuvent se promener et se distraire dans la cour attenant à leur logement ; elles ne doivent aller en ville que pour faire les achats qui leur sont indispensables, après en avoir obtenu l’autorisation de leur surveillante.

 

Art. VII. – Il est absolument défendu d’aller en ville, la nuit sous aucun prétexte.
La porte de la maison donnant sur la rue sera fermée à 6 heures l’hiver, à 8 heures l’été, celle donnant sur la cour à 8 heures l’hiver, à 9 heures l’été. Celles qui, après les heures indiquées, iraient en ville sans autorisation préalable de M. le Directeur, seraient congédiées et perdraient leur droit au voyage aller et retour.

 

Art. VIII. – Conformément à l’Article VII ci-dessus, seraient aussi renvoyées les ouvrières qui se feraient remarquer par une tenue et une conduite peu convenable.

 

Art. IX. – Après 9 heures du soir, les lumières seront éteintes, tant au dortoir qu’au réfectoire, et les ouvrières devront être couchées et garder le silence.

 

Art. X. – Les ouvrières doivent assister aux offices le dimanche et les jours fériés.

 

Art. XI. – Toute infraction au nouveau règlement sera sévèrement réprimée, soit par une amende, une corvée supplémentaire ou l’exclusion.

Signé :

  1. BERTRAND

 

Que nous apprend ce règlement intérieur d’un point de vue sociologique ?

 


Annexes 2, 3 & 4.

 

Séance 3 & 4. Thème 2. Analyser sociologiquement des sondages d’opinion politiques

 

Consigne : En mobilisant vos connaissances en méthodes des sciences sociales, vous organiserez de façon raisonnée les commentaires que vous inspire la conception de ce sondage élaboré par l’IFOP (avril 1999), pour le compte du journal L’Express & de la chaîne de télévision publique France 2.

 

Le Kosovo et les Français

Sondage IFOP – l’Express – France 2

 

Sondage publié le 22 avril 1999 dans l’Express, réalisé le 19 avril 1999 auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.

 

Question 1) Seriez-vous plutôt favorable ou plutôt défavorable à l’engagement d’une intervention terrestre de l’Otan au Kosovo, si les frappes aériennes se révélaient insuffisantes pour faire cesser les massacres ?

  1. a) Plutôt favorable
  2. b) Plutôt défavorable

Question 2) Quatre semaines après le début de la guerre, l’intervention militaire de l’Otan au Kosovo vous semble être…

  1. a) Plutôt un échec
  2. b) Plutôt un succès
  3. c) Ni un succès, ni un échec

 

Question 3) Pour terminer la guerre, avec laquelle de ces deux positions êtes-vous le plus d’accord ?

  1. a) Il faut poursuivre l’intervention militaire tant que les Serbes n’acceptent pas les conditions posées par l’Otan
  2. b) Il faut cesser les bombardements et engager immédiatement les négociations avec Milosevic

 

Question 4) L’intervention militaire de l’Otan en Yougoslavie se fait au nom d’un droit d’ingérence pour défendre une province menacée d’épuration ethnique. Personnellement, seriez-vous favorable ou opposé à l’application d’un même principe pour défendre, par exemple, les Kurdes contre l’Irak ou les Tibétains contre la Chine ?

  1. a) Tout à fait favorable
  2. b) Plutôt défavorable
  3. c) Plutôt opposé
  4. d) Tout à fait opposé

Question 5) En matière de politique de défense, des trois solutions suivantes, quelle est celle que vous préférez ?

  1. a) Créer une organisation européenne de défense indépendante des Etats-Unis
  2. b) Renforcer l’Alliance atlantique entre l’Europe et l’Amérique
  3. c) Assurer l’indépendance militaire de la France en dehors de toute organisation internationale

 

Question 6) Dans la crise du Kosovo, diriez-vous que la cohabitation a plutôt…

  1. a) Renforcé le poids diplomatique de la France
  2. b) Affaibli le poids diplomatique de la France
  3. c) N’a rien changé

 

Question 7) Pour chacun des pays suivants, dites-moi s’il vous paraît être pour la France un allié.

Sûr                             Pas sûr

  1. a) L’Allemagne
  2. b) Les Etats-Unis
  3. c) La Grande-Bretagne
  4. d) La Russie

Question 8) Au moment de voter, qu’est-ce qui comptera le plus dans votre choix ?

  1. a) Les positions des différentes têtes de liste sur l’Europe
  2. b) Les positions des différentes têtes de liste sur les problèmes des Français
  3. c) Les positions des différentes têtes de liste sur la guerre au Kosovo

 

Consigne : En mobilisant vos connaissances en méthodes des sciences sociales, vous organiserez de façon raisonnée les commentaires que vous inspire la conception de ce sondage élaboré par la SOFRES (10-14 septembre 2001), pour le compte de l’Ambassade d’Israël en France.

 

Les Français face au conflit israélo-palestinien

 

Enquête réalisée les 10 et 14 septembre 2001 par la Sofres pour L’Ambassade d’Israël auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage PCS) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Question 1 : Avez-vous de la sympathie ou pas de sympathie pour chacun des pays suivants ?

De la sympathie     Pas de sympathie   Sans opinion

  1. a) Etats-Unis
  2. b) Egypte
  3. c) Maroc
  4. d) Russie
  5. e) Israël
  6. f) Jordanie
  7. g) Liban
  8. h) Palestine
  9. i) Syrie
  10. j) Iran

 

Question 2 : Avez-vous de la sympathie ou pas de sympathie pour chacune des personnalités politiques suivantes ?

De la sympathie        Pas de sympathie     Sans opinion

  1. a) Le ministre israélien des affaires

étrangères Shimon Pérès

  1. b) Le roi du Maroc Mohamed VI
  2. c) Le président égyptien Hosni

Moubarak

  1. d) Le président américain George
  2. Bush
  3. e) Le président russe Vladimir

Poutine

  1. f) Le chef de l’autorité palestinienne

Yasser Arafat

  1. g) Le Premier ministre Israélien Ariel

Sharon

 

Question 3 : Il y a en France quatre grandes religions : catholicisme, protestantisme, islam, judaïsme. Pour chacune d’entre elles, voulez-vous me dire si vous la jugez plutôt tolérante ou plutôt intolérante ?

Plutôt tolérante Plutôt intolérante Sans opinion

  1. a) La religion Catholique
  2. b) Le Protestantisme
  3. c) Le Judaïsme
  4. d) L’Islam

 

Question 4 : Pour chacun de ces mots – ou phrases – voulez-vous me dire s’il s’applique mieux aux Israéliens ou aux Palestiniens ?

Aux Israéliens            Aux Palestiniens       Autant à l’un qu’à l’autre          Ni à l’un ni à l’autre   Sans opinion

  1. a) Démocratiques
  2. b) Respectueux des libertés
  3. c) Veulent sincèrement la paix
  4. d) Manipulateurs
  5. e) Respectent leur parole
  6. f) Agressifs
  7. g) Vivent en permanence dans l’insécurité
  8. h) Fanatiques

 

Question 5 : Dans le conflit entre Israël et les Palestiniens à qui vont plutôt vos sympathies ?

  1. a) Israël
  2. b) Les Palestiniens
  3. c) Les deux pareils
  4. d) Ni l’un ni l’autre
  5. e) Sans opinion

 

Question 6 : D’après ce que vous en savez, pour chacun des problèmes suivants, êtes-vous plutôt favorable à la position d’Israël ou à la position des Palestiniens ?

Plutôt favorable à la position d’Israël        Plutôt favorable à la position des Palestiniens          Sans opinion

  1. a) Le statut de Jérusalem
  2. b) La présence des implantations israéliennes en Cisjordanie dans les territoires Palestiniens
  3. c) Le retour en Israël des réfugiés Palestiniens

Question 7 : Comme vous le savez, il y a eu des négociations de paix en 2000 – 2001 qui n’ont pu aboutir. Selon vous, les responsables principaux de l’échec sont les Israéliens, les Palestiniens ou les deux ?

  1. a) Les Israéliens
  2. b) Les Palestiniens
  3. c) Les deux
  4. d) Sans opinion

 

Question 8 : Approuvez-vous ou désapprouvez-vous la révolte palestinienne qui se déroule depuis fin septembre 2000 ?

  1. a) Approuve tout à fait
  2. b) Approuve plutôt
  3. c) Désapprouve plutôt
  4. d) Désapprouve tout à fait
  5. e) Sans opinion

 

Question 9 : Afin d’être sûrs de réussir leurs attentats, certains Palestiniens n’hésitent pas à se faire sauter avec leur bombe. Face à ces attentats suicides, laquelle de ces deux phrases est la plus proche de votre opinion ?

  1. a) Ces attentats suicides sont une preuve de fanatisme
  2. b) Ces attentats suicides sont une preuve de désespoir
  3. c) Sans opinion


Question 10 : Quand vous voyez sur une photo ou à la télévision un enfant palestinien blessé ou tué par les soldats israéliens, laquelle de ces deux phrases correspond le mieux à votre propre réaction ?

  1. a) C’est honteux que les soldats israéliens tirent sur des enfants
  2. b) C’est honteux que les Palestiniens envoient des enfants se battre contre les soldats israéliens
  3. c) Sans opinion

 

Question 11 : Quand vous voyez sur une photo ou à la télévision des civils israéliens blessés ou tués dans un attentat commis par un Palestinien, laquelle de ces deux phrases correspond le mieux à votre propre réaction ?

  1. a) C’est honteux que les Palestiniens tuent des civils innocents
  2. b) Les Israéliens tuent également beaucoup de civils palestiniens innocents
  3. c) Sans opinion

 

Question 12 : Actuellement, les palestiniens accusent Israël de commettre des assassinats contre certaines personnalités palestiniennes. De son côté, Israël affirme n’éliminer que des terroristes qui contribuent à encourager un état de guerre entre Israël et les Palestiniens. Vous-même, estimez-vous que :

  1. a) Israël commet des assassinats
  2. b) Israël ne fait qu’éliminer des terroristes
  3. c) Sans opinion

 

Question 13 : Comme vous le savez, il y a eu ces derniers mois, des attentats contre des synagogues en France. A cet égard laquelle de ces deux réactions se rapproche le plus de votre propre sentiment ?

  1. a) C’est scandaleux, l’Etat doit punir très sévèrement les coupables
  2. b) Si les juifs en France ne soutenaient pas autant Israël, ces attentats n’auraient pas eu lieu
  3. c) Sans opinion

 

Question 14 : Pour chacun des pays ou groupes suivants, diriez-vous qu’il a une responsabilité très importante, assez importante, peu importante ou pas importante du tout dans la situation actuelle entre Israël et les Palestiniens ?

Très importante        Assez importante      Peu importante        Pas importante du tout             Sans opinion

  1. a) Les Israéliens
  2. b) Les Palestiniens
  3. c) Les Etats-Unis
  4. d) Les pays arabes
  5. e) Les grandes organisations juives dans le monde
  6. f) L’Angleterre
  7. g) La Communauté Européenne
  8. h) La Russie

 

Question 15 : Dans le conflit entre Israël et les Palestiniens, voulez-vous me dire si, selon vous, le gouvernement français est plutôt du côté d’Israël ou plutôt du côté des Palestiniens ?

  1. a) Plutôt du côté d’Israël
  2. b) Plutôt du côté des Palestiniens
  3. c) Il est neutre
  4. d) Sans opinion


Question 16 : Trouvez-vous que le gouvernement français soutient trop Israël, soutient trop les Palestiniens ou a une politique équilibrée ?

  1. a) Soutient trop Israël
  2. b) Soutient trop les Palestiniens
  3. c) A une politique équilibrée
  4. d) Sans opinion

 

Question 17 : Quand vous pensez à la façon dont les journalistes à la télévision et dans les journaux parlent du conflit entre Israël et les Palestiniens, diriez-vous dans l’ensemble que les journalistes sont plutôt du côté d’Israël ou plutôt du côté des Palestiniens ?

  1. a) Plutôt du côté d’Israël
  2. b) Plutôt du côté des Palestiniens
  3. c) Ils sont neutres, objectifs
  4. d) Sans opinion

 

Question 18 : Vous, pensez-vous qu’il devrait y avoir dans cette région :

  1. a) Uniquement un Etat Israélien
  2. b) Uniquement un Etat Palestinien
  3. c) Un Etat Israélien et un Etat Palestinien
  4. d) Sans opinion

 

Question 19 : Pensez-vous que les Israéliens sont prêts à accepter sincèrement l’existence d’un Etat Palestinien ? Pensez-vous que les Palestiniens sont prêts à accepter sincèrement l’existence de l’Etat d’Israël ?

  1. a) les Israéliens sont prêts à accepter sincèrement l’existence d’un Etat Palestinien

oui                  non                 sans opinion

  1. b) les Palestiniens sont prêts à accepter sincèrement l’existence de l’Etat d’Israël

oui                  non                 sans opinion

 

Question 20 : Plus généralement, pensez-vous que les Etats Arabes sont prêts à accepter sincèrement l’existence de l’Etat d’Israël ?

  1. a) oui b) non                        c) sans opinion

 

Question 21 : Pensez-vous que les Juifs en France sont tous en faveur d’Israël ? Pensez-vous que les musulmans en France sont tous en faveur des Palestiniens ?

  1. les Juifs en France sont tous en faveur d’Israël
  2. a) oui b) non                        c) sans opinion
  3. b) les musulmans en France sont tous en faveur des Palestiniens
  4. a) oui b) non                        c) sans opinion

 

Question 22 : Finalement pensez-vous qu’il y aura un jour une paix durable entre Israël et les Palestiniens ?

  1. a) oui b) non                        c) sans opinion

 

 

Consigne : En mobilisant vos connaissances en méthodes des sciences sociales, vous organiserez de façon raisonnée les commentaires que vous inspire la conception de ce sondage (véridique) en ligne élaboré par l’institut de sondages CSA (décembre 2000) et proposé aux internautes qui visitent son site web

 

1) D’une manière générale, aimez-vous les sondages d’opinion ?

  1. a) oui b) non

 

2) On sonne chez vous et on vous dit : « C’est pour un sondage », vous vous dites …

  1. a) Tiens, c’est intéressant, je vais répondre
  2. b) Ca m’ennuie, mais je vais répondre
  3. c) Je n’ai vraiment pas envie de répondre
  4. d) Je ne répondrai en aucun cas

 

3) Diriez-vous plutôt que :

  1. a) Les sondages sont une aide pour la démocratie
  2. b) Les sondages polluent la démocratie

 

4) Lorsqu’un journal que vous lisez publie un sondage :

  1. a) En général, vous le consultez
  2. b) Vous le consultez seulement si le sujet vous intéresse
  3. c) Vous ne le consultez pas

 

5) Quand vous consultez un sondage, vous …

  1. a) Regardez plutôt les tableaux avec les chiffres
  2. b) Lisez plutôt l’article qui analyse les résultats
  3. c) Lisez à la fois l’article et les tableaux

 

6) Franchement, d’après vous, les sondages …

  1. a) Influencent votre vote
  2. b) N’influencent pas votre vote

 

7) Et vous pensez que les sondages …

  1. a) Influencent le vote de beaucoup de gens
  2. b) N’influencent pas le vote de beaucoup de gens

 

8) Vous pensez que les sondages …

  1. a) Sont manipulés
  2. b) Ne sont pas manipulés

 

9) Quand vous lisez un sondage …

  1. a) Vous comparez les réponses des gens avec ce que vous auriez répondu vous-même
  2. b) Vous êtes souvent surpris(e) des réponses des Français
  3. c) Vous apprenez des choses sur l’état d’esprit des Français

 

10) Diriez-vous que…

  1. a) On publie beaucoup trop de sondages
  2. b) Les pays où les sondages sont interdits sont des pays totalitaires
  3. c) En France, les sondages sont faits sérieusement

 

11) Prendriez-vous en auto-stop :

Un enquêteur d’un institut de sondages?          a) Oui                    b) non

Un directeur d’institut de sondages?                    a) Oui                    b) non

 

12) Quels autres instituts de sondages connaissez-vous?

 

 

[1] Correspondant au souci d’une interprétation circonstanciée des singularités, l’étude de cas est une enquête approfondie portant sur une petite échelle d’analyse qui prend comme univers d’observation un territoire, une institution, un groupe social particulier, des individus aux caractéristiques identifiées, le trajet d’une action, d’un problème public ou d’un mouvement social, etc. La méthode de cas est donc spécifique à la saisie du particulier, du singulier, de la mise au jour de l’individu social et de ses actions, appréhendées à son échelle. Cette approche s’inspire de la démarche anthropologique, de l’ethnographie et de la micro-histoire. Cf. Passeron (Jean-Claude), Revel (Jacques), Penser par cas, Paris, Ed. de l’EHESS, 2005.